L’ART DE LA GRAVURE


GRAVURE EN CREUX:

.Gravure au burin

C’est la plus grande et la plus difficile technique de gravure en creux sur métal. A l’aide d’un burin, le graveur trace les traits en enlevant un copeau de métal. Ces tailles obtenues sont bourrées d’encre à l’impression, et le tirage est effectué sur une presse taille-douce et sur papier humide.

Le burin est une lame de section carrée ou rectangulaire, dont le bout est taillé en biseau de manière à se présenter face au métal sous forme d’une pointe aiguë dont l’autre bout est fiché dans une poignée en bois dur. Le burin est tenu à l’intérieur de la main et poussé vers le métal. La difficulté de son maniement consiste à en maîtriser le mouvement, la direction et la profondeur.

.Pointe seche

Cette technique consiste à entailler directement une plaque de métal, à l’aide d’une pointe en acier dur, dite pointe sèche. Les tailles peuvent être plus ou moins profondes, ou plus ou moins larges, selon la pression de la main.

Ces tailles déplacent le métal et laissent sur les bords du trait une barbe. Ce sont ces bourrelets irréguliers qui lors de l’impression retiennent l’encre autour de la taille et donnent aux traits son aspect velouté.
Cette technique a une impression plus libre et plus spontanée que le burin. Mais la gravure à la pointe sèche est très fragile et quelques impressions suffisent parfois à écraser les barbes et à boucher les tailles.
Pour la renforcer, on acière la plaque. La qualité de l’estampe dépend surtout de l’encrage et de l’essuyage de la plaque, mais aussi de la sensibilité de l’artiste.

.Gravure à l’eau forte

C’est l’une des grandes techniques en creux sur métal. Elle consiste à tracer le dessin à la pointe sèche sur une plaque de métal qui a été préalablement vernie. Lorsque cette plaque est plongée dans l’eau-forte (mélange d’acide et d’eau), seuls les traits du dessin sont prolongés par le mordant, le reste étant protégé par le vernis. Cette technique laisse à l’artiste une plus grande liberté d’exécution. L’impression sera la même que pour toutes les techniques en taille-douce.

.Technique au verni mou ou gravure au crayon

On recouvre une plaque de vernis mou, c’est-à-dire qui ne durcit pas. A travers une feuille de papier grainé posée sur la plaque, on dessine au crayon dur pour entamer le vernis, lequel se colle au dos du papier.
Il n’y a plus qu’à mordre. Le trait gravé est très proche d’un trait de crayon, mais on peut aussi y faire des empreintes.

.Aquatinte

L’aquatinte correspond à peu près au dessin en lavis, elle était ainsi nommée dès son origine. Chaque valeur est obtenue en laissant tomber sur la plaque de la poussière de résine de pin, fixée par une source de chaleur. Le reste de la plaque est protégé par un vernis.
Les temps différents d’immersion dans l’acide donnent des valeurs plus ou moins foncées aux espaces grainés.

.Gravure au carborundum

Procédé de gravure mise au point par Henri Goetz qui consiste à utiliser le carborundum en poudre (siliciure de carbone) pour créer une grenure plus ou moins importante à la surface d’une plaque métallique, le plus souvent du duralumin. C’est en le pressant sous la presse que le grain de carborundum pénètre la plaque. L’impression se fait également sur la presse taille-douce.

.Collographie

Procédé qui consiste à créer une matrice à l’aide de collage de matières diverses. Cette matrice est ensuite encrée et imprimée selon la technique de la taille douce

.Monotype

Procédé d’estampe qui se situe entre la gravure et la peinture. C’est en fait un procédé d’impression de peinture. On peint directement sur une plaque métallique à l’aide de peintures à l’huile et on l’imprime en la passant sous la presse.


 

GRAVURE EN RELIF:

.Gravure sur bois de fil

La planche de bois est découpée dans le sens du fil du bois. La gravure à champlever consiste à creuser la planche autour du dessin qui apparaît en relief. Ce relief est encré et se reporte à l’impression en sens inverse sur le papier. La taille blanche donne les blancs et la lumière.

.Gravure sur bois debout

La planche est sciée dans le sens transversal de l’arbre et composée de petits cubes collés ce qui confère une grande résistance. Les tailles sont beaucoup plus fines et réalisées avec des burins, gouges en V ou des échoppes.

.Linogravure ou bois perdu

Technique dérivée de celle du bois. Le lino est une matière assez souple, relativement tendre sur laquelle le graveur peut réaliser des tailles fines ou des aplats. Comme pour le bois, ce sont les reliefs qui sont encrés.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gravure

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.