Mais à quoi ca rime de mélanger psychothérapie et fiscalité ? Qu’est ce qu’un contrôleur fiscal a à voir avec un psychologue ?
Ma première réponse serait de vous dire qu’à force de payer des impôts, je suis devenu fou ! Taxe sur les produits du quotidien, redevances sur des services publics, prélèvements sur mes revenus, …, un zoo d’animaux sauvages de la jungle Fiscalité qui ont tous la même ambition : me faire payer !
Je vous laisse imaginer la suite avec mon psychologue !
Après tout, ce professionnel n’est il pas là pour me guider sur une prise de conscience de ce qui me dérange ? A quoi bon payer des impôts ? En quoi mon psy va-t-il réhabiliter à mes yeux mon inspecteur des impôts ? Pourquoi aurai je plus confiance dans la psychologie qu’en la fiscalité ?
Le premier point qui me semble important de développer est de savoir ce que j’y comprends dans la fiscalité ?
Il s’agit bien des taxes directes et indirectes qu’un état souverain fait supporter à ses citoyens. Il s’agit à première vue d’un prélèvement sur mes revenus ou encore sur mes achats qui diminuent mon pouvoir d’achat sans contrepartie évidente ! Cela grève tout court mon budget ! Cela est d’autant plus vrai que les produits fortement taxés prennent une valeur inaccessible. L’impôt révèle donc mon statut dans la société : le niveau de contribuable vous situe dans les strates de richesses de la société. Plus je paie d’impôts, plus j’ai donc de revenus. Bon voilà déjà qui me rassure sur l’idée de payer des impôts.
Le deuxième point qui me permet de mieux saisir le rôle de l’impôt est tout bonnement de s’interroger sur l’intérêt que j’ai à contribuer ?
L’impôt est donc bien le revenu du souverain. Celui qui dirige a besoin de prélever les ressources indispensables à la réalisation de sa politique. Construire des écoles, fabriquer des routes, élaborer des stratégies d’entraides dans la société (le chômage entre autre), assurer une qualité de vie au quotidien pour tous… Et bien tout cela coute ! Payer des impôts devient comme régler une assurance du quotidien ! Un Etat sans impôt ne peut exister. Une fiscalité trop faible ne permet pas d’avoir une société homogène ! L’impôt permet de gommer les inégalités dans une société. Supprimer le, et la communauté va progressivement se dissoudre ! Creuser les inégalités entre les individus d’une même société, c’est tout simplement ôter l’espoir de vivre ensemble.
Et mon psychologue dans tout çà ? En quoi peut-il m’aider à me rendre heureux de l’impôt payé ?
Ne s’agit il pas ici de définir, voir de revisiter mon rapport à l’autre ? Pour que ma vie soit douce, je souhaite vivement que les gens que je croise au quotidien vivent bien. L’inverse m’impacterait. Mais devoir directement pallier aux problèmes des uns et des autres ne peut en aucun cas me concerner au quotidien. L’impôt ne doit il pas être vécu alors comme une forme de redistribution des richesses ? Les moins bien lotis bénéficient d’aides de l’état (pension, alimentaire à bas prix, logements sociaux,…). Que les plus aisés sont contraints de financer … Pour leur plus grand confort de vivre dans une société apaisée et fière de son unité !
Finalement consulter mon psy permet de m’occuper de mon bien-être individuel. Régler mes impôts me permet de savourer la société dans laquelle je vis. Tiens d’un seul coup, mon opinion vient de revirer : j’envisage mon contrôleur fiscal comme un acteur du bien-être de la société. Un psy à la dimension nationale ?
Allez ! Je vais allez savourer un délicieux direct au bistrot du coin ! J’adore la mousse de lait dont seul mon barman a le secret.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.